Formation de pilotage au Mans

Rencontre nationale des “Lycées dans la course” du 9 au 11 mars. Durant ses trois jours, ce sont 18 voitures de partout en France qui ont été rassemblée à cet événement. Lundi 9 mars, toute l’équipe se rassemble à 9 heure pour préparer le camion et monter la voiture sur le plateau. Départ du lycée vers 10 heure et demie, nous roulons vers le Mans. Après une pause déjeuner, nous arrivons vers 14 heure à l’Auto Sport Academy. S’ensuit la vérification administrative des pilotes et technique de la voiture. Le véhicule passe ensuite à la dalle pour un dernier réglage d’équilibrage de poids avant d’aller sur la piste. A 18 heures, toutes les voitures étant passées aux vérifications, il est maintenant temps d’aller s’installer sur le circuit de Maison Blanche. Il est 8 h 00 et les pilotes sont en briefing en salle avec les commissaires de course pour une explication de la piste. Pendant ce temps, les mécaniciens préparent la voiture et la chauffe afin de mettre les pilotes dans une condition optimale de conduite. Les exercices de pilotages sont divisés en trois groupes (freinage/enchaînement de virages/technique pour aborder les chicanes). 8 h 30, c’est Elodie qui débute la session. La piste, glissante due à la pluie, nécessite quelques ajustements de conduite qui limitera sa vitesse lors des premiers tours. La maîtrise du véhicule est alors sa priorité pendant la première session. On lui reprochera d’ailleurs son manque de rythme notamment dans un virage en épingle. De plus, elle constate que la troisième est quelque peu récalcitrante mais s’adapte en conséquence lors des tours suivants. Puis vient le tour de Pierre. Pour sa part, la prise en main de la voiture se fait doucement, avec des problèmes de rétrogradage. Au bout de quelques tours, il découvre les joies des boîtes de vitesses manuelles courtes avec la troisième vitesse. Malgré des erreurs de pilotages fréquentes, Pierre s’améliore petit à petit avec des trajectoires plus assurées et un pilotage de la voiture plus à l’aise. Arrêt au stands, les mécaniciens font le plein de la voiture, vérifient le niveau de liquide de frein et font un rapide checkpoint de la voiture. Elodie repart ensuite avec la voiture pour une seconde session. Plus confiante, elle pousse davantage la voiture dans ses retranchements. Le premier tour est bien réalisé, plus engagé autant en termes de vitesse que de freinage. Malheureusement, suite à un loupé lors du passage de la troisième vitesse récalcitrante, la pilote fait un tête-à-queue et s’encastre dans le mur en béton qui borde la piste. La casse est plutôt légère mais nécessite quelques heures de travail de la part des mécaniciens et des pièces de rechanges. Il est 15 heure et Pierre peut enfin reprendre la voiture après le travail acharné des mécaniciens durant la pause déjeuner. Il teste la voiture durant un tour afin de vérifier la fiabilité et le comportement suite au choc. Pas de problèmes en vue, il repart donc sans lui faire de cadeaux. On retiendra de cette session un troisième vitesse récalcitrante et un freinage manquant d’intensité mais avec une trajectoire de course correcte. Retour au stand pour l’entretien du véhicule, un coup d’œil sur la réparation et Elodie reprend le volant. Un peu d’appréhension avant le démarrage mais elle reprend vite confiance dans la voiture et finit sa session plutôt satisfaite. 18 h, la voiture rentre au stand, les mécaniciens font la maintenance de la voiture et c’est le retour à l’hôtel pour passer une nuit bien méritée pour tous. Mercredi, troisième et dernier jour de ce stage, rendez-vous en salle pour les deux pilotes pour l’explication de la journée. La découverte du parcours de synthèse reprenant tous les exercices vus la veille. Il est 8 h 30 et c’est Pierre qui débute. Premier et second essais difficile à cause d’un pilote précédent gênant. La piste est humide et la voiture chasse un peu de l’arrière. Une voiture tombe en panne à la fin de la première session et occasionne un retard sur la session suivante. Suite au retardement, Elodie ne peut effectuer qu’un seul essai sur le tracé avant les chronos officiels. Ne connaissant que très approximativement la piste, le premier chrono est annulé à cause d’une sortie de piste. Elle réalise le second doucement afin d’assurer au minimum un chrono. Au troisième et dernier chrono, la pilote exécute un bon temps mais qui ne sera, encore une fois, pas comptabilisé car elle ne serait pas passée devant la cellule. Pierre suit, passe les trois chronos et s’améliore sur chacun de ses passages (troisième et trajectoire plus maîtrisés). Résultats finaux : Elodie 32ème, mais aurait dû gagner plus de 10 places si elle n’avait loupé la cellule. Pierre obtient l’honorable place de 10ème sur 35 participants au classement général.